Agenda et actualités Avignon

angladon 27 mai 03 oct

 

 

 

 

 

 

 

 

Du 27 mai au 03 octobre. Musée Angladon.
Also known as Man Ray. Une collection particulière. à Avignon.

Le Musée Angladon – Collection Jacques Doucet présente une exposition qui met en lumière, à travers une centaine de peintures, dessins, rayogrammes et autres créations expérimentales, le versant moins connu de Man Ray, à savoir son œuvre inventée.
On connaît Man Ray (1890-1976) photographe. Devenu célèbre comme portraitiste des personnalités artistiques du Paris de l’entre-deux-guerres, il est aussi peintre, dessinateur, créateur d’objets, graphiste, dessinateur, théoricien, poète, cinéaste. Si la photographie le rend célèbre et lui permet de vivre confortablement, elle ne suffit pas à l’artiste en Man Ray. « La photographie n’est pas l’art », n’hésite-t-il pas à écrire en titre d’un livre-manifeste qu’il publie avec André Breton en 1937. Parallèlement à son travail de photographe, il développe en contrepoint des activités qu’il qualifie de « créatrices », « plus libres », « plus imaginatives ». Elles sont pour lui « l’essentiel de la vie ». C’est cet autre Man Ray que l’exposition du Musée Angladon – Collection Jacques Doucet met en lumière, sous le titre Also known as man Ray. Une collection particulière.

Grâce aux prêts exceptionnels d’une collection privée, de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet et du Centre Pompidou, une centaine d’œuvres sont à découvrir au fil d’un parcours qui s’attache à éclairer ce versant moins connu et essentiel de l’artiste, à savoir son œuvre inventé : des peintures, dessins, mais aussi des rayogrammes révélant la magie des objets simplement posés sur un film sensible, des lithographies, des collages et autres pièces expérimentales, dont deux films de la période surréaliste. Pour Lauren Laz, directrice du Musée et commissaire de l’exposition, ces œuvres non commerciales « naissent d’une autre nécessité, personnelle cette fois : elles sont guidées, dans le fond, par la liberté et le plaisir et, dans la forme, par une volonté de faire différemment, de rompre avec des conventions esthétiques en place, une volonté typiquement moderne de changement. »

L’exposition met en lumière les multiples facettes de cet artiste foisonnant, explorant les nouveaux horizons de la modernité en compagnie de ses amis plasticiens et poètes : la tentation Dada qui le conduit, avec Duchamp, à « fabriquer » des images étranges ; l’aventure des libres livres menée avec Paul Éluard ; l’« inquiétante étrangeté » cultivée par la communauté surréaliste, et sa floraison d’objets détournés, rêvés, réinventés ; enfin l’esthétique Man Ray liée au cinéma hollywoodien.

Parmi les œuvres exposées : la série des Revolving Doors, (1916-1917) où Man Ray découpe, colle, et travaille au pochoir des masses colorées. Des rayogrammes, où Man Ray laisse les objets révéler leur vérité, transposant au champ plastique l’idée d’écriture automatique chère aux surréalistes. Notamment les tout premiers, publiés en 1922 dans l’album Champs délicieux préfacé par Tristan Tzara, et d’autres dont ceux réalisés en 1931 pour l’album Électricité.

Citons encore les originaux des dessins de l’ouvrage Les Mains libres, illustré de poèmes de Paul Eluard, dont un dessin exceptionnel, une version non publiée du Pont brisé, où la longue silhouette d’une femme – peut-être la muse Nusch Éluard – épouse celle du Pont d’Avignon. À l’heure de l’Observatoire – les Amoureux, lithographie où se devinent, dans la forme de lèvres célestes, deux corps enlacés. Domesticated Egg, qui témoigne de sa création d’objets assemblés et réinventés accompagnés d’un titre au second degré. Much ado about nothing, tiré de la série des Équations shakespeariennes réalisée à partir d’objets mathématiques photographiés à l’Institut Poincaré. Le Poète, qui reprend le visage de l’Esclave mourant sculpté par Michel-Ange. Et le portrait de Man Ray par Warhol, qui vient clore le parcours.

Cette exposition prend tout son sens au sein du Musée qui conserve la collection Jacques Doucet (1853-1929). L’inventeur de la haute couture, mécène très impliqué auprès des surréalistes, entre en contact dès 1922 avec Man Ray grâce à André Breton. Dès lors, il s’intéresse de très près à son travail, collectionne ses œuvres, et lui confie en 1925 le soin de réaliser son portrait photographique, dont un tirage appartient aux collections du Musée.

L’exposition s’accompagne d’une publication reproduisant l’intégralité de la collection particulière qui en est l’objet. Cet ouvrage vient renouveler, avec des contributions polyphoniques, la connaissance et l’interprétation d’une œuvre, à la recherche d’un autre Man Ray.

maison jean villar

Du 04 juin au 14 novembre.

50 ans après la disparition de l'artiste, l’association J. Vilar présente une exposition photographique en plein air qui invite à parcourir l’aventure vilarienne Côté Jardin, hors du temps des représentations.
Durant 5 mois, en accès libre, Côté Jardin invite les promeneurs à découvrir un parcours d’une trentaine de photographies singulières, en grands formats, dans le populaire Jardin des Doms, ce jardin extraordinaire attenant au Palais des Papes et berceau de la ville.
Issues d’un minutieux travail de recherche dans les archives de la Maison Jean Vilar et dans différents fonds publics et privés, ces photographies – souvent inédites – témoignent de la vitalité et de l’engagement de Jean Vilar et de sa troupe. Elles disent aussi le lien indéfectible du théâtre et du Festival avec la Ville d’Avignon. Elles sont signées d’Agnès Varda, l’amie sétoise, de Maurice Costa, le témoin local, et de tous les autres photographes qui ont suivi l’aventure du
Théâtre National Populaire dans son midi.
Côté Jardin, dans l’ombre des souvenirs, reste la présence inoubliable de ceux qui ont fabriqué une autre façon de faire et de partager le théâtre : Jean Vilar et toute la belle troupe du TNP, Gérard Philipe, Maria Casarès, Philippe Noiret, Silvia Monfort, Daniel Gélin... et tant d’autres.
Ces images nous révèlent l’autre côté du plateau, les coulisses des nuits avignonnaises : le travail, l’esprit d’équipe, la fatigue, le jeu, le repos, la famille, et toujours la présence clairvoyante de Jean Vilar qui dirige et invente en toute nécessité, le théâtre sous le soleil, le théâtre loin de Paris.Elles témoignent de l’empreinte d’Avignon dans le théâtre de Jean Vilar. Elles nous disent aussi la force, la vitalité et la joie de faire du théâtre ensemble, hier comme aujourd’hui.

balade gourmande

 

Du 06 juin au 31 décembre, balade gourmande par Avignon Gourmet Tour à Avignon.

Les “Balades Gourmandes » sont destinées aux épicuriens de tous âges, désireux de découvrir Avignon.
Environ 4h de visite guidée à la rencontre de nos artisans, combinant histoire, gastronomie, traditions Provençales et petites adresses..
Plus de 10 dégustations (chocolats, vin, spécialités locales...) suivies d’un "Pique-nique Carte Postale", le tout dans une ambiance conviviale, démarche éco-responsable et respect des gestes barrières !.

jerome taub lambert collection

Du 07 juin au 30 août, Jérôme Taub - Purple America. Collection Lambert - 5, rue Violette, 84000 Avignon.

La série de photographies produite par Jérôme Taub naît d’un projet de voyage visuel au cœur de l’Amérique contemporaine.

les noctambules avignon

Du 14 juin au 10 octobre, Visites nocturnes - les Noctambules d'Avignon.

Visites nocturnes en 4 circuits dès la tombée de la nuit, lorsque les rues défilent leurs atmosphères particulières.
Une invitation à découvrir Avignon, ville du Moyen Age, capitale de la chrétienté au XIVe siècle de manière originale.
Laissez vous envoûter par les lumières qui éclairent les bâtiments les plus emblématiques de la ville.
La nuit permet une visite intimiste dans le calme, vous découvrirez des petites rues à l’histoire chargée, des ruines romaines, des personnages atypiques. Le tout dans une ambiance décontractée afin de partager un bon moment.

4 circuits thématiques sont proposés :
La Noctambule du Pape : circuit centré sur la période des papes et l'héritage qu'ils ont laissé.
Départ : Porte de l'Oulle près de la fontaine.

La Noctambule entre passé et présent : celle-ci s'intéresse aux vestiges du passé et les met en perspective par rapport au présent.
Départ : porte Limbert à côte de la station Vélopop.

La Noctambule entre Chrétiens et Bourgeois : cette balade vous permettra de voir ce que les uns comme les autres ont apporté à la ville depuis le XIVe siècle.
Départ : place des Carmes devant l'entrée de l'église Saint-Symphorien.

La Noctambule des places : elle permet de visiter les places emblématiques de la ville avec leur particularité.

basquiat collection lambert


Du 16 juin au 05 septembre, 1988, œuvres de la Collection Lambert à Avignon.

Les œuvres présentées dans cette deuxième exposition du programme Playground, dédié aux œuvres de la Collection Lambert, ont un point en commun : avoir été créées en 1988.

À travers l’arbitraire du choix d’une date particulière apparaissent pourtant de nombreuses questions. Certaines sont liées à la constitution d’une collection d’œuvres d’art – de celle d’un marchand-collectionneur en particulier –, d’autres aux scènes existantes ou émergentes dans un espace temporel déterminé, ou encore à la mémoire du temps et des événements que les œuvres embarquent avec elles, aux liens qu’elles entretiennent avec la société dans laquelle elles naissent et s’épanouissent, à nos côtés.
Les deux Date Paintings d’On Kawara de 1988 témoignent à elles seules de l’existence physique et sensible d’un artiste dans son époque au moment de leur création. Elles sont ces deux morceaux de temps auxquels se rattachent des éléments intimes ou collectifs de nos vies communes. Elles sont l’expression d’une mémoire qui pourrait n’être scandée que par certaines dates sauvées de l’oubli, réactivées de manière aussi abrupte que poétique sur les murs d’une salle de musée.
1988 est certainement l’une des dates qui revient le plus souvent dans la vie de marchand et de collectionneur d’Yvon Lambert car elle marque à la fois l’inoubliable exposition de Jean-Michel Basquiat dans sa galerie parisienne – la première en France pour lequel l’artiste a produit des œuvres spécifiques – et la mort à 27 ans de celui que le monde de l’art, sous les mots de Rene Ricard, nommait The Radiant Child. Elle symbolise une
période charnière qui voit, en Europe et aux USA, la peinture revenir d’un monde des morts où certains l’avaient trop rapidement expédiée. En témoigne ici la présence de Robert Combas et Loïc Le Groumellec.
Elle voit une certaine photographie investir définitivement le monde de l’art, à travers le geste d’hommes et de femmes qui se définiront comme des artistes – tel Andres Serrano, Louise Lawler ou Louis Jammes – utilisant le médium qu’ils considèrent comme le mieux à même de questionner nos rapports à l’image dans une société ultra médiatique.
1988 est assurément encore le terrain de jeu des artistes issus des nouvelles avant-gardes des années 1960 – l’art minimal et conceptuel, le land art – tels Sol LeWitt, Joseph Kosuth ou Jonathan Borofsky, et nous prouve ainsi qu’il est inopérant de s’obstiner à considérer l’histoire de l’art à travers la seule linéarité du passage du temps qui verrait se succéder mouvements et scènes artistiques. Il est davantage intéressant de remarquer comment dans une même année des scènes émergent aux côtés de gestes plus anciens avec lesquels elles coexistent, que ce soit par la rupture, la réappropriation, l’inspiration, le dialogue.

Les artistes :
Jean-Michel Basquiat, Robert Barry, Jean-Charles Blais, Jonathan Borowsky, Robert Combas, Nan Goldin, Federico Guzman, Louis Jammes, On Kawara, Joseph Kosuth, Anselm Kiefer, Bertrand Lavier, Louise Lawler, Sol LeWitt, Kay Rosen, Andres Serrano

Le Programme Playground
Dans le texte qu’il écrivait pour l’inauguration de la Collection Lambert en 2000, Alfred
Pacquement évoquait une collection
still alive – en référence aux célèbres télégrammes envoyés par On Kawara aux personnalités du monde l’art. Il racontait une collection toujours vivante, qui questionne en permanence l’actualité contemporaine et se met à l’épreuve du temps en refusant la part de morbidité inhérente à toute muséification.
En écho à cette réflexion, Playground s’entend comme un programme d’expérimentation et de jeu appliqué aux différentes manières d’envisager l’exposition d’une collection.
En référence à certaines pratiques radicales de l’exposition dans les années 1980, nous explorerons l’idée que de nouvelles relations sensibles et de nouveaux regards peuvent naître de l’arbitraire de règles inhabituelles et parfois absurdes, et offrirons en partage une collection still alive !

tigres et vautours lambert
Du 26 juin au 26 septembre, Yan Pei-Ming - Tigres et vautours, Collection Lambert et Grande chapelle du Palais des papes.
Collection Lambert - 5 rue Violette 84000 Avignon.

La double exposition de Yan Pei-Ming dans la Grande Chapelle du Palais des Papes et à la Collection Lambert, s’inscrit dans la longue histoire des expositions organisées avec le palais pontifical. Nombreux sont les projets menés par l’artiste ces dernières années à avoir été étroitement associés à un lieu emblématique : à la Villa Médicis, au Louvre, au Musée d’Orsay, au Musée Courbet ou au Musée du Petit Palais.

Aujourd’hui encore, à travers cette nouvelle exposition, Yan Pei-Ming révèle toute l’ambition d’une œuvre pleinement ancrée dans le monde contemporain, mais dont l’essence même se révèle à travers une appréhension très large de l’espace et du temps, qui mobilise aujourd’hui le passé pour que nous regardions le présent avec une conscience renouvelée, sans cesse mise à l’épreuve.

À la Collection, seront exposées près de 40 œuvres de l’artiste issues de presque 40 ans de pratique artistique. Les figures d’Innocent X, Paul III, Bruce Lee, Marilyn, Martin Luther King, Lee Harvey Oswald, John F. Kennedy ou Mao, partagent les salles du rez-de-chaussée des hôtels particuliers avec les portraits d’hommes et de femmes – militaires américains, clandestins et enfants soudanais, prostituées, visages inconnus, père et mère de l’artiste – ainsi qu’avec des paysages imaginaires d’exode ou les représentations d’animaux sauvages.

Toutes et tous nous racontent le pouvoir qu’a la peinture de Yan Pei-Ming d’embrasser d’un seul coup des siècles d’histoire pour y embarquer, aux côtés des figures qui ont façonné le monde, les destins inconnus de ceux qui constituent ces peuples que l’histoire « regarde directement » pour reprendre la formule de Georges Didi-Huberman. Tous et toutes nous racontent la capacité de l’artiste à investir avec héroïsme le monde des images ; celles qui nous racontent, tous et un par un.
Communiqué Collection Lambert.

affiches festival avignon 2021 1      confrence de presse festival 2021


Festival d'Avignon 2021 " IN ", 75e édition Du 5 au 25 juillet 2021.
Conférence de presse du 05 juillet. Cloître Saint-Louis.
Karelle Prugnaud, Olivier Py, Tiago Rodrigues et Bérangère Vantusso.

Créé en 1947 par Jean Vilar, le festival d’Avignon est reconnu comme l’un des rendez-vous culturels les plus importants de France, que ce soit à l’échelle nationale ou internationale.Le programme est composé d'une trentaine de spectacles, mais aussi de lectures, d'expositions, de films et de débats, qui sont autant d'entrées dans l'univers des artistes invités. Il y a, chaque soir au Festival, une ou plusieurs "premières", qui font d'Avignon un véritable lieu de créations et d'aventures, pour les artistes comme pour les spectateurs.
Communément appelé le « IN », il est directement financé par le Ministère de la Culture, les Collectivités Territoriales et la Ville d’Avignon.
Partie intégrante de notre patrimoine culturel national, il est actuellement dirigé par Olivier Py.

la cerisaie   huppert isabelle

Du 05 juillet au 17 juillet, La Cerisaie, Cour d'Honneur du Palais des Papes Place du Palais des Papes 84000 Avignon.

Texte Anton Tchekhov Traduction André Markowicz et Françoise Morvan Mise en scène Tiago Rodrigues Avec Isabelle Huppert , Isabel Abreu , Tom Adjibi , Nadim Ahmed , Suzanne Aubert , Marcel Bozonnet , Océane Cairaty , Alex Descas , Adama Diop , David Geselson, Grégoire Monsaingeon , Alison Valence (en cours) Et Manuela Azevedo , Hélder Gonçalves (musiciens) Exilée à Paris depuis de nombreuses années, Lioubov, créature insaisissable et lunaire, revient dans son domaine qui doit être vendu pour dette. Pivot tragique de cette pièce qui oscille entre drame et comédie, cette figure maternelle, cette mater dolorosa, interprétée par Isabelle Huppert , retrouve les siens perturbés par l'avenir de la propriété et, plus largement, du monde qu'elle a laissé derrière elle. La société moderne et ses mutations sociales arrive à grands pas. À grand bruit. Quand il pense à La Cerisaie, Tiago Rodrigues a un tempo secret en tête : allegro vivace et est convaincu que la dernière pièce du dramaturge russe traite de l'énergie avec laquelle « l'inexorable puissance du changement » précipite les personnages d'acte en acte. Si avec ses comédiens et son équipe, il a cherché à aborder les inquiétudes, les réactions et contre-réactions qui en découlent, il a aussi voulu voir les espoirs que porte tout nouveau monde, alors que personne ne peut encore réellement les comprendre. Avec les mots de Tchekhov , le metteur en scène a trouvé un incroyable carburant dramaturgique pour nourrir sa machine théâtrale, briser le quatrième mur et rassembler le public autour des grands défis qui attendent « l'aujourd'hui ». Médecin de formation, Anton Tchekhov (1860-1904) est le plus célèbre poète de la littérature russe. Il croit au progrès, au bonheur. Sa lucidité et le refus de toute illusion, sur l'homme, la société, ou la religion, ont irrigué ses œuvres mais ont aussi agi sur les renouvellements des conceptions théâtrales de son époque. Création 2021 Durée 2h30.

marche aux livres avignon

Du 05 juillet au 30 juillet, Marché aux livres d'occasion, disques et affiches du Festival d'Avignon.

Durant le Festival d'Avignon, des exposants présentent un vaste choix de livres d'occasion, disques, affiches sur le théâtre, CD, DVD...
Des rencontres d'auteurs avec dédicaces sont également proposées certains dimanches.

affiche festival avignon 2021 off

Festival off d'Avignon 2021 du 07 au 31 juillet.

Depuis 1966, le festival OFF et tous ses acteurs (artistes, compagnies et lieux) transforment en juillet la ville d’Avignon en un véritable vivier de culture, de débat et de création.
Espace de création artistique spontané qui s’est développé autour du festival d’Avignon, à l’initiative d’André Benedetto.
Le festival a été baptisé « OFF » par la journaliste de France soir Jacqueline Cartier, il s’est progressivement déployé dans la ville pour investir aujourd’hui plus d’une centaine de lieux.
Son public, passionné de spectacle vivant dans tous ses genres et sous toutes ses formes, est nombreux, pluriel et en constante mutation.
Le festival OFF d’Avignon est aujourd’hui l’un des plus grands festivals de spectacle vivant au monde. La richesse et la diversité de ses propositions artistiques en font l’un des rendez-vous immanquables de l’été.

helios festival

Du 30 juillet au 31 août, Spectacle, Son et lumière Hélios Festival.

Hélios Festival est un événement qui vise à mettre en lumière le patrimoine et des bâtiments remarquables de la Cité des Papes.
Accessibles à tous, ces vidéos sans paroles projetées dont les durées varient de 4 à 7 mn, sont l’occasion d’une déambulation artistique dans le centre historique ou d’une pause détente sur les jolies terrasses des restaurants et cafés de ces places.

Déambulation libre, 7 sites à découvrir :
Place du Palais des Papes / Musée du Petit Palais.
Place de l’Horloge.
Place Carnot / Basilique Saint-Pierre.
Tour Saint-Jean / Place Saint-Jean le vieux.
Place des Corps Saints.
Musée Lapidaire.
Place Saint-Didier.

avignon jazz festival

Les 2 & 3 août 2021 Tremplin Jazz Avignon

Lundi 2 août

Noé Clerc Trio ( France)

Tous issus du Conservatoire National Supérieur de Musique ces musiciens, réunis en trio en 2018, d'inspirations variées (jazz,musique traditionnelle, musique « classique ») puisent dans un répertoire principalement constitué de compositions mais aussi d’airs traditionnels revisités, ils développent ainsi un univers riche en timbre et poésie. Du très « écrit » au très improvisé, les chants de la Mer Noire et les danses Bulgares côtoient les sonorités d’un jazz très actuel.

Le groupe est lauréat du concours international Leopold Bellan.

Noé Clerc - accordéon
Elie Martin-Charrière - batterie
Clément Daldosso - contrebasse
Strutucture Quartet (Allemagne)

Rétif à tout modèle conventionnel, ce groupe en provenance de Cologne privilégie l'inter-action et l'improvisation pour se projeter hors de tout chemin balisé et donner toute son énergie et dont les silences sont encore du rythme . Les deux saxophonistes se disputent ou s'approprient un parcours mélodique au service d'une créativité collective. Ces musiciens sont déjà des habitués des scènes de jazz internationales.

Asger Nissen - saxophone alto
Victor Fox - saxophone ténor, clarinette basse
Roger Kintopf - basse
Félix Ambach - batterie
Malstom Trio (Allemagne)

Ces trois musiciens aux parcours déjà riche de leur diversité vous emmènent au cœur d'un tourbillon dont il emprunte le nom aux confins du free jazz, du métal jazz et du rock progressif, se jouant des rythmes et des conventions, libérant un dialogue intense entre saxophone et guitare. Cette formation, comme certains de ses membres, a déjà obtenu la reconnaissance de la profession à l'occasion de prestigieux concours.

Florian Walter - Saxophone/Clarinette
Axel Zajac - Guitare
Joe Beyer - Batterie

Mardi 3 août

Johanna Klein Quartet (Allemagne)

Provenant de Cologne, ville incontournable de nos tremplins, ce quartet est emmené par sa compositrice et saxophoniste pour vous transporter sur une musique cosmique et éthérée, sur des mélodies simples et graves, vers un univers onirique dans lequel on se laisse voluptueusement sombrer.

Johanna Klein – saxophone
Leo Engels - Guitare
Nicolai Amrehn - Basse
Jan Philipp - batterie
Gaspard Baradel Quartet (France)

Cette formation originaire de Clermont-Ferrand réunie autour de son compositeur et saxophoniste, Gaspard Baradel, aime raconter des histoires en musique et vous convie à un voyage en dehors du temps, le temps d'un concert. C'est aussi la recherche de la rupture et de l'imprévu à travers l'improvisation, omniprésente dans le jeu des quatre protagonistes.

Gaspard Baradel - saxophone
Antoine Bacherot - piano
Cyril Billot - contrebasse
Josselin Hazard - batterie
Pentadox Trio (Belgique)

Ce trio belge épousant le jazz contemporain construit chaque morceau comme un jeu de société,avec son propre ensemble de règles, fragments mélodiques, motifs rythmiques, concepts harmoniques et philosophiques… Et puis, à travers une approche fraîche et aventureuse, les joueurs explorent le jeu et en font un terrain ouvert, étirent le temps et l'espace. Ils incorporent des éléments de musique classique moderne d'avant- garde et de musique improvisée.

Sylvain Debaisieux - ténor saxophone
Elias Stemeseder – piano
Samuel Ber – batterie

grandes familles

Le 02 octobre, L'histoire des grandes familles provençales au travers de leurs demeures à Avignon.

De tous temps, la demeure fut le reflet de la puissance de ses habitants. Nous vous invitons à une balade commentée dans la ville, sur les traces des grandes familles provençales ayant marqué l’histoire avignonnaise.

parcours de lart

Du 02 octobre au 17 octobre, Parcours de l'Art - Festival d'art contemporain - 27e édition à Avignon .

Depuis 1994, le festival « Parcours de l'Art » s’est largement développé grâce à une sélection exigeante d’artistes, à la confiance du public et à l'engagement des membres de l’association qui œuvrent à sa programmation chaque automne.​

Soutenu notamment par la ville d'Avignon, le Parcours de l'Art investit des lieux patrimoniaux pour présenter la création contemporaine sous différentes formes : peintures, dessins, sculpture, photographies, vidéos, installations, performances…​

Le Parcours de l'Art affirme sa volonté de s'adresser à tous les publics proches ou éloignés, néophytes ou amateurs d'art, et porte une attention particulière aux plus jeunes.
La gratuité, la liberté de déambulation, une médiation pensée sur-mesure favorisent le dialogue entre les artistes et le public, rendent accessible la manifestation et nous invitent tous à
nous interroger autant qu’à nous émerveiller.​

À l’hiver 2020-2021, l’équipe du Parcours de l'Art a passé le relais à un nouveau collectif, composé de 9 personnes, qui ont à cœur de respecter les valeurs de l’événement - l'ouverture,
la liberté, le partage - tout en impulsant un nouveau regard
sur l’art actuel et sa transdisciplinarité et en relevant les défis sociétaux actuels, dont le respect de l’être humain et de la planète.

Evénement visant à promouvoir et soutenir la création contemporaine dans sa diversité : peinture, sculpture, photographie... Il aspire à favoriser les rencontres entre les artistes et le public.

Chaque année, une sélection d'une trentaine d'artistes plasticiens français et internationaux (peintres, sculpteurs, photographes, vidéastes…) dont le travail s'inscrit dans une démarche résolument contemporaine et continue est invitée à exposer dans les lieux patrimoniaux d'Avignon.
Un itinéraire est ainsi proposé au visiteur qui peut déambuler à travers la ville.

Au fil de ses éditions, le Parcours de l'Art crée un effervescence autour de l'art actuel au cœur de la ville par le biais d'expositions mais également en proposant des activités complémentaires : ateliers enfant, conférences et débats, lectures et projections, visites avec un médiateur.